[Critique] Miss Patchouli de Tania Neuman-Ova

Miss Patchouli par Tania Neuman-Ova


Miss Patchouli

Miss Patchouli

Dans ce petit roman contemporain nous suivons la famille de Lilou, une quadra dynamique, maman belge de 3 filles, Salomé qui vit chez son père à Paris née d’une première union, Alana, une ado torturée de 14 ans et Kayla la petite dernière de 13 ans passionnée de pâtisserie. Cette famille a tout pour être heureuse mais c’est sans compter le brusque changement de comportement d’Alana, qui traverse une crise d’adolescence des plus violentes ce qui pourri littéralement l’ambiance familiale. Heureusement loin d’être des parents délétères, Lilou et son mari Richard, tentent de maintenir le cap, ils ne tardent pas à découvrir la cause de mal être de leur fille et du combat qui s’annonce pour eux et surtout pour elle.

La narratrice nous raconte en parallèle sa propre jeunesse depuis l’enfance jusqu’à la naissance de ses filles, se remettant ainsi en question, et si sa personnalité déteignait sur celle de sa fille ?

J’ai beaucoup aimé ce roman, qui pour certains passages pourrait un autobiographique puisque Lilou est aide-soignante comme l’autrice, a eu du mal à trouver sa voie tout comme elle. La plume est fluide, j’ai vraiment eu le sentiment de lire un journal intime, ou de discuter avec une personne en face à face tant le style est simple et limpide. Beaucoup de thématiques sont abordées dans ce court roman de 150 pages, en premier lieu la famille, la parentalité, l’adolescence, les réseaux sociaux puisque ce sont les thèmes vendus par la quatrième de couverture. Mais d’autres thèmes d’actualité sont aussi pointés du doigt, parmi les plus marquants pour moi, la maltraitance des personnes vulnérables, le deuil….

Pour résumer, c’est une belle lecture malgré les thèmes lourds, je regrette de ne pas savoir ce que devient Alana, la fin du roman est ouverte et donc toutes les possibilités s’offrent à cette jeune fille, j’ai bon espoir qu’elle suive les traces de sa mère qui malgré un parcours chaotique arrive à trouver sa voie.

Tania Neuman-Ovatous les livres sur Babelio.com

[Critique] Eragon, Saga l’Héritage de Christopher Paolini

Résumé

Eragon n’a que quinze ans, mais le destin de l’Empire est désormais entre ses mains !C’est en poursuivant une biche dans la montagne que le jeune Eragon, tombe sur une magnifique pierre bleue, qui s’avère être… un œuf de dragon ! Fasciné, il l’emporte à Carvahall, le village où il vit pauvrement avec son oncle et son cousin. Il n’imagine pas alors qu’une dragonne, porteuse d’un héritage ancestral, va en éclore…Très vite, la vie d’Eragon est bouleversée. Contraint de quitter les siens, le jeune homme s’engage dans une quête qui le mènera aux confins de l’empire de l’Alagaësia. Armé de son épée et guidé par les conseils de Brom, le vieux conteur, Eragon va devoir affronter avec sa dragonne les terribles ennemis envoyés par le roi Galbatorix, dont la malveillance démoniaque ne connaît aucune limite.

Mon avis :

Lu y a quelques (nombreuses) années lors de sa sortie je me souviens avoir beaucoup aimé l’histoire, un peu moins l’écriture que je trouvais alors trop « enfantine ». J’étais alors allé jusqu’au tome 3, pensant que c’était le dernier finalement un tome 4 est arrivé mais je l’ignorais, mon lecture a donc été faussée car je pensais trouver une fin à l’histoire d’Eragon à l’issue de la trilogie et en fait non. J’ai acheté le tome 4 sans jamais le lire…. Bref après des années d’hésitations me voilà replongée dans l’histoire d’Eragon, jeune fermier de 15 ans qui au cours d’une traque trouve une pierre qui lui tombe littéralement dessus (ou presque). Cette pierre s‘avère être un œuf de dragon le plonge alors dans des aventures épiques bien malgré lui.

Autant dire que j’ai dévoré ce tome 1 ! J’ai longuement hésité comme dit précédemment et finalement je me demande bien pourquoi ! L’histoire est haletante avec quelques pauses pour nous permettre d’analyser la situation, le décor et les paysages décrits me font rêver. Le côté jeunesse qui me gênait il y a 10 ans ( ?) ne m’a pas du tout freinait cette fois. J’ai donc hâte de m’attaquer au tome 2 !

A bientôt pour une nouvelle critique!

Sayuda

[Critique] La vie secrète d’une mère indigne de Fiona Neill

Résumé : Il y a les mères exemplaires, toujours ponctuelles, pomponnées, et souriantes, celles qui préparent des gâteaux pour la kermesse et s’occupent des costumes du spectacle de fin d’année. Et puis il y a les autres : celles qui claquent la porte en laissant les clés à l’intérieur, et qui oublient systématiquement le goûter de leurs enfants… Lucy est clairement de celles-là ! Jusqu’à présent, malgré quelques loupés, elle s’était plutôt bien débrouillée avec sa petite famille. Mais les choses se compliquent quand elle commence à lorgner sur un parent d’élève, rencontré à la sortie des classes… 
Mauvaise idée, Calamity Lucy. Très mauvaise idée ! 

Mon avis : Lucy, maman londonienne de 3 garçons est ce qu’on appeler une miss catastrophe ou une tête en l’air au choix. Elle est constamment débordée, son mari, un architecte maniaque ne lui est pas forcément d’un grand secours, sa belle-mère la juge sans cesse, ses copines qui n’ont pas d’enfants… Bref elle n’est pas aidée. On suit donc au cours du roman l’histoire de cette mère au foyer qui se compare aux autres mères qui ont toutes l’air plus parfaites, plus organisées…Et il y aussi ce fameux papa, un écrivain qui s’occupe de ses enfants quand il ne travaille pas. Un jeu de séduction se met en place tout au long de l’histoire sans qu’on sache vraiment où cela va mener Lucy qui hésite entre vivre une amourette avec cet homme si différent de son mari sans être prête à sacrifier son mariage et sa famille.

Le résumé en quatrième de couverture m’a franchement fait sourire, je pensais vraiment ressentir la même chose durant la lecture du livre mais ce ne fut pas le cas. Alors oui, j’ai souri mais de manière très épisodique et sur certaines situations uniquement. Je pense que ce m’a gêné le plus c’est le côté trop caricatural de Lucy, à mon sens l’auteur poussé les traits de son personnage trop loin, les situations qu’elle rencontre sont exagérées voir grotesques. J’ai trouvé le début du roman poussif, je me forçais quasiment à lire un chapitre chaque jour pour ne pas abandonner c’est dire, ma lecture s’est ensuite accélérée au même rythme que l’histoire finalement tout ça pour refermer le livre et me dire « ok, tout ça pour ça … »

Mon avis sur ce livre n’est donc pas très positif malheureusement, je pense que si le résumé n’avait pas été tourné de cette manière ou les critiques citées si dithyrambiques je ne l’aurais probablement pas acheté ou en tout cas je n’aurais surement pas eu tant d’attentes. Cela dit, le personnage de Lucy est attachant j’ai fini avoir hâte de savoir comment se terminerais son histoire. Je ne recommanderais pas forcément ce livre malheureusement, si je devais le noter je lui mettrais 10/20, comme pour dire que ça se lit, c’est marrant mais ce n’est pas fou non plus.

A bientôt pour une nouvelle critique!

Sayuda

[Critique] La vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dickers

Résumé : À New York, au printemps 2008, alors que l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois. Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison. Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d’écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ? Sous ses airs de thriller à l’américaine, La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l’Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias.

Mon avis : J’ai lu le livre après avoir vu la série diffusée sur TF1 fin 2018. J’ai beaucoup aimé l’adaptation, ne connaissant pas du tout la fameuse histoire de Harry Quebert se fut une belle découverte. J’ai plutôt l’habitude de lire les livres avant de voir les adaptations que ce soit au cinéma ou à la télé car la plupart du temps je suis déçu par l’adaptation celle-ci n’étant pas fidèle au livre la plupart du temps, avec trop de faits ou de détails importants (à mes yeux) mit de côté voir même adaptés pour le bien de la réalisation. Bref.

Concernant le livre à proprement parlé il met en scène Marcus Goldman, un jeune écrivain propulsé dans le merveilleux monde des stars grâce à son premier roman qui a rencontré un succès phénoménal. Malheureusement pour lui sa maison d’édition lui met la pression pour l’écriture de son second livre et subit le syndrome de la page blanche. Marcus décide alors de rendre visite à son professeur de fac et ami, l’éminent écrivain Harry Quebert qui vit dans une ville reculée des Etats Unis. Marcus découvre alors que son ami a eu une histoire d’amour dans les 70 avec une jeune fille de 15 ans, Nola, qui disparait sans laisser de traces à la fin de l’été 1975. Peu de temps après son retour à New York, Marcus reçoit un appel de Harry qui a été arrêté par la police car le corps d’une jeune fille correspondant à celui de Nola a été retrouvé non loin de chez lui. Marcus accourt donc pour aider son ami et décide de faire la lumière sur le mystère qui voile sur cette affaire, afin d’aider son ami et mentor.

Autant dire que je ne suis pas forcément un fan des romans policiers, celui-ci s’en rapproche sans en être vraiment un à mon sens car l’enquête de Marcus prend beaucoup de place dans l’histoire évidemment puisque c’est l’objet du livre mais il fait aussi état des histoires des personnages rencontrés au cours de celle-ci. On entre facilement dans l’histoire et on s’attache aux personnages puisque nous visons les évènements par le point de vu de certains : par Marcus qui est le personnage principal bien sûr, par Harry grâce aux enregistrements de Marcus mais aussi par le récit de certains autres personnages secondaires. J’ai énormément aimé le faire de « participer » à l’écriture du second roman de Marcus, je trouve que c’est une subtile mise en abime de la part de Joel Dicker, je me suis facilement mise à la place du lecteur qui lirait ce livre. Cette manœuvre permet d’alléger le récit, plutôt que d’énoncer des faits, l’auteur nous plonge dans l’ébauche du roman, j’avais hâte d ‘arriver à ces passages du « vrai » livre.

Concernant le dénouement je n’ai pas été surprise comme expliqué précédemment étant donné que j’avais vu la série, toutefois j’ai apprécié la manière dont il a été amené et le suspens était bien là, les indices sont bien distillés au cours de l’enquête.

Pour conclure, j’ai beaucoup aimé cette lecture, j’ai passé un très bon moment. Je le recommande vraiment car c’est une lecture facile, ça se lit vite, on rente vite dans l’histoire et le changement point de vu et l’immersion dans l’écriture d’un autre roman donne une impression de dynamisme.

A bientôt pour une nouvelle critique!

Sayuda